Pierre Vaude



Pierre Vaude participe à la 22 ème édition de la Fête du Livre d'Autun, les 6 et 7 avril 2019

 

Pierre Vaude est un littéraire depuis son enfance, grâce à son père et aux livres qu’il collectionnait dans la bibliothèque familiale, où il pêchait à loisir pour vivre de grandes aventures. Plus tard, le théâtre et la mise en scène lui permettront de conceptualiser ses propres univers.
Il est l’auteur de deux romans noirs, de quatre romans intimistes, d’un abécédaire de mots singuliers et abracadabrantesques, de deux pièces de théâtre soit plus de vingt ans de création silencieuse en marge de son travail. Il se décide cette année à proposer ses œuvres à la publication.
Ses romans sont des histoires de rencontres humaines où l’intrigue est étroitement mêlée à la philosophie de l’existence. Son écriture a ceci de magnétique qu’elle s’ancre dans l’esprit du lecteur et suscite chez lui, de singulières résonances liées à sa propre expérience, ou à sa compréhension de la vie. Le lecteur ne se sent ainsi jamais très loin du narrateur qui s’immisce dans sa conscience, éveillant presque l’illusion de penser à sa place.

Nomade Louisa est son premier titre publié chez Encre Rouge :

« À sa sortie de l’hôpital, Gabin, était parti se ressourcer à Tournefeuille, un village improbable de Haute-Garonne. Dans un moment de faiblesse, il avait cédé à son meilleur ami, qui chaque année allait jouer les bénévoles au festival de formes animées de Toulouse. — Viens, tu verras, rien que des artistes, ta famille ! Gabin, les marionnettes, il en était resté à Guignol et Gnafron et là, transi au milieu de novembre et du parking de « L’Étape », il se demandait ce qu’il était venu chercher. —Sa vie, il faut la rêver ou se résigner à la vivre ! Il avait cette phrase en tête tout en se dirigeant vers le bruit et les lumières de la soirée d’inauguration. Elle, il l’avait rencontrée au bar. Elle parlait, fumait et buvait avec cette voracité de femme pressée de vivre ou d’en finir. Après deux heures de, je te plais moi aussi, ils avaient échoué dans le même lit. Ce n’était qu’une rencontre de passage, un deal pour la nuit, elle refusa de lui donner son nom, son téléphone. — Ce soir, j’ai envie d’un inconnu ! avait-elle lancé, ses yeux plantés dans les siens, avant d’ajouter. — Et qui le reste !
Après une nuit de grande folie, elle s’enfuira de ses bras, sans un mot, sans un baiser. Gabin la cherchera en vain, abandonnant toute raison pour tenter de la retrouver. Il la localisera rapidement, sauf qu’arrivé si près du but, il sera tenté d’abandonner. Pourquoi se cachait-elle ainsi, quels étaient les mystères qui entouraient sa vie, ses sentiments étaient-ils partagés, était-ce la femme qu’il avait idéalisée ? » (résumé éditeur)