Menu
Partenaires
A l'affiche


Un soir, un livre 
   21 novembre 2017

 

  Graines d'écrivains 2018
date limite : 31 janvier 2018 

 

   Bouvard
et Pécuchet
  
  24 novembre 2017 


    Librairie  
La Promesse de l'Aube 

 


 


 

 


Recherche

Lettre à ma meilleure amie

Villeboeuf 09/02

Salut Zazou

J'ai bien reçu ta lettre dans laquelle tu m'as fait part de tes projets, de tes intentions qui je t'avoue, m'ont un peu effrayée et choquée. Je comprends très bien dans quelle situation tu te trouves, mais crois-en mon expérience, fuir ta maison n'est pas une solution. En effet, cela ne ferait qu'aggraver les choses !

D'abord, si tu fuis, tu n'as nulle part où aller. Tu habites en pleine campagne, tes plus proches voisins sont des vaches, et le plus proche village est à environ 7 km. À part dormir dans notre ancienne cabane qui ne doit plus avoir de toit, je ne te vois pas coucher à la belle étoile, au milieu des bêtes sauvages, en plein hiver. Les nuits sont froides et le sol humide, tu vas trembler comme une feuille morte ! Souviens-toi cet été, « l'bout d'Jean », le grand gars, le père des Morvandiaux, l'âme du Morvan, il connaissait si bien la forêt, comment peut-on croire qu'il est mort en dormant à même le sol, sans voir qu'il était couché sur un nid de fourmis rouges. Un accident est si vite arrivé ! Tout le monde peut se tromper, mais l'erreur est souvent fatale. Je ne pense pas que tu pourras tenir plus de deux nuits, toi, l'ancienne parisienne.

Ensuite, je sais bien que tu as rarement faim, mais au bout d'un moment, ton corps aura besoin de reprendre des forces et tu devras manger. Bien sûr, il y a de la nourriture en forêt, mais à part les racines des arbres et les champignons, je ne vois pas comment tu pourras te nourrir. À moins que tu n'aies prévu de partir à la chasse aux rongeurs ! Je te rappelle que nous sommes en hiver, il n'y a pas de fruits. Un jour, tu devras bien aller dans un village t'acheter quelque chose, encore faudrait-il que tu aies de l'argent. Bien sûr que tu n'es pas si bête et que tu auras pensé à prendre de l'argent, mais réfléchis un peu, les prix sont élevés et ils augmentent de plus en plus, ton argent sera vite parti.

De plus, penses-tu vraiment que tes parents te détestent ? Je peux t'assurer que tes parents t'aiment ! Sinon, ils ne t'auraient pas "créée". II me semble que tu n'es pas une erreur de la nature, ou si c'est le cas, tu as oublié de me le préciser en neuf ans. En tout cas, comme tous bons parents qui aiment leur fille, ils vont certainement appeler la police, lancer des recherches, et rester à côté du téléphone jour et nuit, à se ronger les ongles, ou à taper du pied pour passer le temps. Les jours où tu iras dans les villages, ce sera difficile de passer inaperçue entre les policiers, les gendarmes et les civils qui seront aux aguets, non ? Dans les forêts, il y aura plein de patrouilles, tu devras déménager très souvent et rester cachée longtemps, parfois même des journées entières, comme un voleur en fuite. Imagines que tu t'embêtes à te fabriquer un super abri, et que tu sois obligée de partir, ce sera fatiguant au bout d'un moment de faire, de refaire, et de quitter tes refuges tous les jours.

Cependant, il me semble que tu as passé quatre ans chez les scouts. « Ça me servira !» Tu me diras, « Scouts toujours ! ». Je te signale que cet épisode remonte à loin. De plus, je ne suis pas sûre que tu étais très attentive, ou que tu étais toujours très active pour monter les camps. Je pense plutôt que tu restais assise, à côté et à regarder. Excuses ma remarque vexante, mais tu me connais, je ne peux pas m'en empêcher, d'autant plus que je ne pense pas me tromper en disant cela.

Bien que tu détestes travailler, tu aimes aller au collège pour voir tes amis, et si tu es au fin fond d'une forêt je doute que tu puisses prendre le bus pour y aller, sauf si tu te lèves à 4 h du matin, sous les regards des grands sapins du Morvan. Surtout que si j'étais tes parents ce serait le premier endroit que je ferais surveiller.

Pour finir, je suis pratiquement sûre que tu ne tiendras pas le coup ! Tu es une fille moderne, qui aime voir ses amis, qui aime aller sur Internet, qui ne peut se passer du portable ou de l'ordinateur. Crois-moi ! Depuis neuf ans, j'ai appris à te connaître, et je sais que tu ne peux pas vivre sans être entourée de personnes et de la modernité. Pour toutes ces raisons tu ne seras pas bien dans ta tête, tu auras le moral à zéro.

En conclusion, cette idée de fuite, sors-la de ta tête ! Ce serait une grosse erreur, et cela ne résoudrait pas les problèmes. Je sais que c'est très difficile, mais il faut que tu parles avec tes parents, que tu leur exposes tes problèmes... tu es grande ! T'enfuir ne te servirait à rien, et même si tu te rends compte de ton erreur, tu n'oseras pas faire demi-tour, et tu iras te jeter dans un ravin pour ne plus supporter la pression. Encore une fois je te dis tout ça, c'est pour ton bien, mais je sais une chose, c'est que je ne peux pas t'en empêcher, je peux juste te dissuader de faire quelque chose que tu regretteras sûrement plus tard. Penses seulement à tous ceux qui t'aiment, comme moi par exemple ! Neuf années que je te supporte, lol. ! Que de bons moments passés avec toi ! Tu te rappelles le riz dans la passoire ? Je me suis couchée moins bête ce soir là ! XD !

Bon, j'espère que tu vas réfléchir à tout ce que je t'ai dit, et que tu changeras d'avis. Je te quitte de ma plume mais pas de mon cœur.

Ta meilleure amie qui t'aime.

Cody

Camille DECHAUME (Cody) Collège de La Châtaigneraie - AUTUN