Menu
Partenaires
A l'affiche


Un soir, un livre 
   21 novembre 2017

 

  Graines d'écrivains 2018

date limite : 31 janvier 2018 



 

 


 


 

 


Recherche

Carole Zalberg

Carole Zalberg a participé à la 19ème Fête du Livre d'Autun, les 2 et 3 avril 2016.
 
Elle revient en 2017, pour la 20ème édition, les 8 et 9 avril
 

 

Poète, romancière, traductrice, parolière, critique littéraire…Certains des poèmes de Carole Zalberg  figurent dans l’anthologie Les jeunes poètes français et francophones, (Jean-Pierre Huguet, 2004. D’autres ont été retenus pour une anthologie de la poésie française publiée par Jean Orizet (Cherche midi, 2004). Elle a participé à des recueils collectifs .Elle  anime des ateliers d'écritures pour différents publics. Elle écrit des chroniques littéraires pour Vents contraires et la Revue des Ressources, travaille à plusieurs projets pour le cinéma et le théâtre…

Lauréate d’une Mission Stendhal, elle a séjourné en Israël durant un mois pour travailler à un projet de roman autour des trajectoires familiales ; A la trace, journal de Tel Aviv, est sorti en janvier 2016 (Intervalles).

Romancière, elle est notamment l’auteur de Mort et vie de Lili Riviera (2005) et Chez eux (2004) (Phébus), et de La Mère horizontale (2008) et Et qu’on m’emporte (2009), (Albin Michel). A défaut d’Amérique (Actes Sud, 2012), Prix Métis des Lycéens 2013, finaliste du prix Ouest-France Etonnants-Voyageurs et du Prix de la Porte Dorée, est actuellement en cours d’adaptation pour le cinéma.
Feu pour feu, (Actes Sud, coll. Un endroit où aller, 2014) a reçu le Prix Littérature-Monde 2014.
Carole Zalberg a également publié des livres pour enfants et adolescents.

Elle est administratrice de la Société des Gens de Lettres depuis 2012 et secrétaire générale depuis juin 2014.
Je dansais  (Grasset, février 2017) est un  roman puissant et poétique sur le thème fort d’un enlèvement et d’une séquestration .Tour à tour, le ravisseur et la victime racontent : lui ce qu’il croit être de l’amour, elle, sa résistance intime, son acharnement à vivre…