Menu
Partenaires
A l'affiche


Un soir, un livre 
   21 novembre 2017

 

  Graines d'écrivains 2018

date limite : 31 janvier 2018 



 

 


 


 

 


Recherche

René de Obaldia

René de Obaldia était présent à la 20ème Fête du Livre d'Autun les 8 et 9 avril 2017
Il a participé à la 17ème édition de la Fête du Livre d'Autun, en avril 2014.

 Il est Président du Prix de livre d'humour Jules Renard 2017  

 René de Obaldia
de l'Académie française
préside le jury du Prix du livre d'humour 
Jules Renard,
décerné le 9 avril 2017 sur la 20ème Fête du Livre organisée par Lire en Pays Autnois,
en présence de membres de
l'Académie Alphonse
Allais. 


Cliquer sur l'image pour voir la vidéo

Poète aux mains pleines d'Innocentines, romancier débordant de Richesses naturelles, l'académicien le plus drôle du Quai Conti est surtout un grand auteur dramatique et l'inventeur d'un langage surprenant. Sa profondeur se nomme légèreté, fantaisie, extravagance, audace, liberté...  Laurence Liban, L'Express


Fête du Livre d'Autun 2014, photo A. Créhange

René de Obaldia est un poète, romancier et dramaturge français, né en 1918 à Hong Kong, fils d'un consul panaméen et d'une mère picarde. Il grandit à Paris où il fait ses études au lycée Condorcet avant d'être mobilisé en 1940. Fait prisonnier, il est envoyé dans un camp, en Pologne (Silésie), et rapatrié comme grand malade au Val-de-Grâce en 1944.

Il collaborera à de nombreuses revues littéraires avant de publier, en 1952, Les Richesses naturelles, suite de "récits éclairs" dont la singularité attire sur lui l'attention de la critique. Il est secrétaire général au Centre culturel international de Royaumont de 1952 à 1954. Puis, après un court passage comme directeur littéraire aux Éditions Pierre Horay, Obaldia publie son premier roman Tamerlan des cœurs (1956). Suivront deux récits : Fugue à Waterloo et La Passion d’Émile (1956, Grand prix de l’Humour noir) et un second roman, Le Centenaire, « épopée de la mémoire » (1960, prix Combat).

C’est peu après que commence sa carrière dramatique grâce à Jean Vilar, qui donne au T.N.P. Génousie, « comédie onirique ». Puis André Barsacq crée au Théâtre de l'Atelier Le Satyre de la Villette. Cette comédie place René de Obaldia aux côtés de ses aînés, Jacques Audiberti, Ionesco, Beckett.
Beaucoup d’autres pièces parmi lesquelles Sept Impromptus à loisir, Le Général inconnu, Monsieur Klebs et Rozalie, Du vent dans les branches de sassafras (où Michel Simon fit une rentrée fracassante), La Baby-sitter, Les Bons Bourgeois, assureront à Obaldia une audience internationale.
Il est, depuis quelque 50 ans, l’un des auteurs de théâtre français les plus joués sur la planète, et l’un des plus internationaux (traduit en 28 langues). De nombreux prix ont couronné sa carrière.

- Chez moi, dit la petite fille
On élève un éléphant.
Le dimanche son oeil brille
Quand papa le peint en blanc

- Chez moi, dit le petit garçon
On élève une tortue.
Elle chante des chansons
En latin et en laitue...

Par ailleurs, il sera aussi le parolier de Luis Mariano et le partenaire de Louis Jouvet au cinéma.
Il fait partie de l'Académie Alphonse Allais.
Il a été élu à l'Académie française le 24 juin 1999, au fauteuil 22, succédant à Julien Green.