Menu
Partenaires
A l'affiche


Un soir, un livre 
17 janvier 2018


  Ecouter lire 
   Le Carnaval des Z'animals 
14 janvier 2018

 

  Graines d'écrivains 2018
date limite : 31 janvier 2018 

 


Recherche

Clotilde Aubelle

Clotilde Aubelle a participé à la Fête du Livre d'Autun en 2013.

Elle est revenue en 2017, les 8 et 9 avril pour la 20ème édition.
 
 
Elle était présente sur le stand des Editions de la Renarde rouge.
 

Clotilde AUBELLE est née et a grandi à Thionville. De l’école maternelle, elle a gardé ses premiers collages. Après avoir travaillé au Centre National Dramatique de Dijon, elle décide de tout quitter pour s’installer avec sa famille en Saône-et-Loire.

En 2008, elle crée l’association ar(t)rangements petits et grands. Cette association a pour objet de soutenir la création, de promouvoir son travail d’artiste, d’animer différents ateliers d’arts plastiques pour tout public.

Ses principales expositions : intimidées en juillet 2011 à la Nouvelle Galerie de Jambles, les empreintes démesurées du quotidien au C2 Torcy en octobre 2012, défense d’afficher en mai 2013 à la Médiathèque du Creusot, la princesse au petit pois et autres histoires à la Nouvelle Galerie de Jambles, en juillet 2015.

Clotilde Aubelle continue de créer, de coller, de raconter, d’écrire et de partager…

En juin 2012, est édité son premier ouvrage (texte et collages) Mot de passe aux éditions de la Renarde Rouge (La petite collection)

En novembre 2015, est édité son deuxième ouvrage En d’œil également aux éditions de la Renarde Rouge (collection Ivoire, poésie, illustrations de l’auteur). Avec pudeur et humour une enfant dit sa douleur et son incompréhension du monde face au décès brutal de sa mère.

   
Plasticienne et bourguignonne, aujourd’hui installée au Creusot, Clotilde Aubelle présente Mot de Passe (Ed. La Renarde rouge) : « Avec « les grands » on ne sait jamais si cela va ou si cela ne va pas. Surtout quand ils nagent dans les soucis. Pour les atteindre, il nous faut parfois trouver le bon Mot de Passe. »
 

A propos de son travail de plasticienne, elle déclare « J’ai dû m’aventurer en dehors du mot, me mettre en quête d’une nouvelle langue vivante. Cette langue est celle des collages, des tableaux-poètes, des poèmes-objets.» (Adriena Simotova) s’inspirer de cette phrase pour favoriser l’expression au-delà du mot, pour inventer avec d’autres, pour partager cette nouvelle langue vivante.