Menu
Partenaires
A l'affiche

  Un soir, un livre 
  4 septembre 2018


 

  Dégustation littéraire 
  Mercredi 4 juillet 19h30
   Cellier de Benoît Laly 


 Avec le groupe Ecouter Lire 
  PRESENTATION



    Biennale d'art 
    contemporain 

Du 7 juillet au 26 août 
  Dossier de presse 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Recherche

Philippe Berthier

Philippe Berthier a participé à la Fête du Livre d'Autun, les 14 et 15 avril 2012.


Autun 2012

Philippe Berthier est né en 1941 à Autun. Après des études locales à l’institution Saint-Lazare, puis universitaires à Lyon et Paris, il a été reçu en 1963 à l’agrégation de lettres classiques, dans les tout premiers rangs. En 1975, il a soutenu à l’université de Paris VII une thèse de doctorat consacrée à « Barbey d’Aurevilly et l’imagination ». Il a enseigné successivement aux universités de Lyon, Grenoble et à la Sorbonne Nouvelle où il est encore professeur émérite de littérature Française.

      

Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages portant surtout sur des écrivains du XIXe siècle, en particulier Stendhal dont il édite les œuvres romanesques complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade. Parmi les principaux titres de ses publications, citons Stendhal et ses peintres italiens (Droz, 1977), Barbey d’Aurevilly et l’imagination (Droz, 1978), Stendhal et la Sainte Famille (Droz, 1983), Stendhal et Chateaubriand, essai sur les ambiguïtés d’une antipathie (Droz, 1987), L’Ensorcelée, les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly : une écriture du désir (Champion, 1987), Julien Gracq critique. D’un certain usage de la littérature (Presse universitaire de Lyon, 1990), Philippe Berthier commente Eugénie Grandet (Gallimard, « Foliothèque », 1992), Figures du fantasme. Un parcours dix-neuvièmiste (Presse universitaire du Mirail, 1992), Lamiel ou la boîte de Pandore (Champ Vallon, 1994), Philippe Berthier commente la Chartreuse de Parme (Gallimard, « Foliothèque », 1995), Espaces stendhaliens (Presse Universitaire de France, « Ecrivains », 1997), Pierre Herbart. Morale et style de la désinvolture. (Centre d’Etudes Gidiennes, 1998), La Vie quotidienne dans la Comédie humaine (Hachette-Littératures, 1998, Prix de l’Essai de l’Académie française), Philippe Berthier commente la Vie de Henry Brulard (Gallimard, « Foliothèque », 2000), Le Lac de Côme. Sur les traces de Stendhal (La Renaissance du Livre, 2002), Jardins, parcs et villas d’Italie (La Renaissance du Livre, 2003), Stendhal en miroir. Histoire du stendhalisme en France (1842-2004) (Champion, 2007). 
En mai 2010 son Stendhal, vivre, écrire, aimer (Editions de Fallois) a eu l’écho d’une biographie que Stendhal lui-même aurait eu plaisir à lire. Il vient de récidiver avec un Petit catéchisme stendhalien (Editions de Fallois, 2012).
 Philippe Berthier a fondé et dirige la revue L’Année stendhalienne.