Menu
Partenaires
A l'affiche

Un soir, un livre 
  25 juin 2018

 

  Dégustation littéraire 
  Mercredi 4 juillet 19h30
   Cellier de Benoît Laly 


 Avec le groupe Ecouter Lire 
  PRESENTATION



    Biennale d'art 
    contemporain 

Du 7 juillet au 26 août 
  Dossier de presse 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Recherche

Popeck

POPECK a participé à la 21ème Fête du Livre d'Autun, les 7 et 8 avril 2018.

 

Voir la vidéo enregistrée lors de la 21e FDL

Né de père roumain et de mère polonaise, Popeck est confié pendant la seconde guerre mondiale à l'Œuvre de Secours aux Enfants (OSE) et placé dans un foyer pour enfants juifs laïcs où, protégés par les habitants, les enfants grandiront dans une relative tranquillité. Cependant sa mère, dont il est alors trop jeune pour garder un souvenir précis, est déportée et exécutée à Auschwitz.

Popeck comprend très vite que l'humour est son meilleur passeport. Son père lui conseille d'apprendre un "bon métier". Il devient ébéniste dans le faubourg Saint-Antoine puis coursier chez un huissier. Il s'inspire des salles d'audience du Palais de Justice pour écrire ses premiers sketches. ''L'Ecluse ", ''l'Echelle de Jacob", "le Café d'Edgar " lui permettent de réaliser ses premières scènes. Il invente le personnage de Popeck et le sketch des ''caleçons molletonnés'' lui apporte le succès. En décembre 1990 il triomphe à l'Olympia. Il enchaîne sur la scène du Palais des Congrès en 1992 puis celle du Casino de Paris en 1995.

Popeck n'est pas seulement un humoriste, c'est aussi un acteur que l'on remarquera au cinéma auprès de Louis de Funès dans "Les aventures de Rabbi Jacob". Il apparaît aussi dans "Le Pianiste" de Roman Polanski.
L'idée de s'investir dans une comédie s'est imposée à lui comme une évidence. Il abandonne son célèbre accent pour jouer une pièce de Pierre Chesnot "Drôles d'oiseaux". En septembre 1998, Francis Joffo fait appel à lui aux côtés de Michel Roux, dans la pièce " Face à face " pour 300 représentations au théâtre du Palais Royal. Il joue "L'Avare" de Molière, et la critique reconnaît en Popeck un grand comédien.
Le tout dernier spectacle de Popeck , ''J'irai jusqu'au bout'', s'est joué en 2017 : ''Il est sans aucun doute l’un des tout derniers grands du rire et les années n’ont en rien entamé son envie de pester et de râler… pour nous.''

"Popeck n'a pas besoin de rappeler ses origines pour être original; et son comique est universel" (René Sirvin)
(Sources : Wikipedia et www.popeck.fr )

Popeck témoigne de sa vie dans De qui tu tiens ce don-là ? paru en octobre 2017 aux éditions L'Archipel''.

 

''Un jour, je n’ai plus voulu être le comédien Jean Herbert, j’étais devenu Popeck.
J’avais adopté définitivement la redingote et le chapeau d’un bonhomme étrange, échappé des ghettos d’Europe centrale, qui débarquait en trimbalant son baluchon d’histoires racontées avec un accent indéfinissable.
Un individu errant, né dans le Xe arrondissement de Paris, mais venu tout droit des profondeurs de la Poméranie.
Ce personnage m’avait transfiguré. Il avait effacé tous mes complexes.''